Par : Kontney Communications

Le Centre Banff d’Alberta a produit l’exposition Piano Destructions de l’artiste Andrea Büttner, qui a été présentée à la galerie Walter Phillips du Centre, du 16 avril au 26 juillet 2014. Il s’agissait d’une exposition importante ayant pris deux ans à produire et qui célébrait de façon unique la place du piano en art et dans l’histoire de l’art. Véritable exposition multimédia, la réalisation de Piano Destructions a requis neuf pianos à queue, cinq grands écrans vidéo, et un ensemble de neuf enceintes 8020CPM de Genelec.

Genelec_banff1014Le conservateur Jesse McKee a travaillé pendant près de deux ans pour organiser tous les éléments nécessaires à cette exposition. La vision d’Andrea Büttner réagit au mouvement Fluxus, qui utilise la destruction de pianos en tant que commentaire sur l’institut de l’art. En contraste, cette exposition a débutée avec un concert impliquant un chœur de neuf pianos jouant des compositions de l’époque romantique de Chopin et de Schumann, suivi d’une pièce de chœur vocal de Monteverdi, qui a été retranscrite pour le piano. Dans ce contexte musical riche, des séquences historiques de diverses destructions de pianos ont été projetées sur quatre grands écrans vidéo dans l’aire de la galerie mesurant 50 x 70 pieds.

« Le concert a été un événement unique ayant eu lieu lors de la soirée d’ouverture de l’exposition, » dit McKee. « Pour les trois mois restants de l’exposition, les pianos ont été remplacés par les enceintes Genelec, installées à la hauteur des oreilles autour de la galerie. L’idée était que les participants puissent découvrir l’environnement audio ambiant d’écoute du son et de la puissance de neuf pianos jouant en même temps, en chœur, mais, qu’en se tenant près de chaque enceinte, ils puissent également expérimenter la tonalité et le style de chaque pianiste.

Afin de recréer l’expérience de concert, le conservateur McKee a filmé la performance à l’avance, incluant une capture audio de chacun des neuf pianos. Ces enregistrements ont été ensuite modifiés en un seul vidéo, et le son de chaque piano pouvait être entendu via une enceinte correspondante.

« L’artiste, Andrea Büttner, a utilisée par le passé des enceintes Genelec pour ses autres installations audio, et nous les utilisons également en tant que moniteurs de studio ici au Centre Banff, » note McKee. « Malheureusement, les studios ne pouvaient se passer des enceintes pour aussi longtemps; nous avons donc dû chercher ailleurs. »

Theresa Leonard, directrice / productrice déléguée des programmes audio au Centre Banff, a suggérer de contacter le distributeur canadien de Genelec, SF Marketing (SFM), basé à Montréal. L’équipe technique de SFM a recommandée l’enceinte 8020CPM de Genelec comme solution idéale pour la tâche à accomplir.

Réputée comme moniteur de studio en champ proche, l’enceinte 8020C dispose d’une réponse de 59 Hz à 25 kHz dans une conception à 2 voies biamplifiées, qui correspond au haut-parleur de graves de 4 pouces et au haut-parleur d’aigus de ¾ de pouce, et qui inclut les technologies DCW

(pour Directivity Control Waveguide) et de gestion de consommation d’énergie ISS (pour Intelligent Signal Sensing) brevetées de Genelec. La 8020CPM s’est avérée être le choix idéal, grâce à son son haute fidélité provenant d’un boîtier robuste et compact à diffraction minimale MDEMC (pour Minimum Diffraction Enclosure)qui ne pèse que8,1 lb.

Le Centre Banff a installé les enceintes au plafond de la galerie à l’aide de longs poteaux en aluminium, de sorte qu’elles soient suspendues à la hauteur des oreilles, créant ainsi un environnement invitant le spectateur à se déplacer et découvrir la sonorisation d’un concert à partir de différents points de vue.

L’exposition était présentée sur une base horaire, soit 40 minutes pour la performance des 9 pianos, suivit par la séquence historique très contrastée de pianos étant détruits, présentée sur quatre grands écrans au sein de la galerie. Deux grandes gravures sur bois par Andrea Büttner étaient également exposées. Intitulés Piano and Keyhole, ces tirages ont été créés à l’aide de composants d’un piano mis au rebut.

Jesse McKee note que l’exposition a été très réussie, et que les enceintes Genelec ont joués un rôle-clé pour la recréation de la complexité et de la fidélité du concert de piano, tout en permettant à la galerie de le faire d’une manière contrôlée et raisonnable.

« Nous voulions concevoir l’expérience d’une telle façon que l’exploration du concert soit faite du point de vue de chaque piano, tout en respectant la santé et la sécurité de nos visiteurs, » dit McKee. « Nous avons eu une belle sonorisation enveloppante qui a su mettre l’accent sur l’art, et non pas sur le matériel utilisé pour sa création. Les enceintes Genelec étaient parfaites pour ce rôle, et nous désirons remercier SFM à Montréal de nous avoir aidé à y parvenir. »